Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2012

Ecolo et Groen veulent un audit de la société BIO

L’Etat ne peut cautionner des pratiques aux antipodes des objectifs de la coopération au développement

Le Soir révèle ce matin que la Société belge d’investissement pour les pays en développement « BIO S.A. », dont l’Etat belge est actionnaire à 84 %, a investi plus de 150 millions d’euros dans des fonds d’investissements dont 111 millions d’euros dans des fonds situés dans des paradis fiscaux.

Pour les écologistes, les investissements de l’Etat fédéral doivent être irréprochables en tout point, qu’il s’agisse des banques dans lesquelles elles ont des participations ou de la coopération au développement. Ces investissements doivent correspondre à des objectifs sociétaux, éthiques et durables et, dans le cas présent, servir à améliorer le quotidien des habitants des pays en développement, en leur permettant notamment de lutter efficacement contre le dérèglement climatique.

Or, dans la liste des projets soutenus par les fonds de BIO figurent des investissements qui sont aux antipodes de ces objectifs, que ce soit par rapport à la nature économique des sociétés soutenues ou à cause du recours à des intermédiaires situés dans des paradis fiscaux. Comme l’ont constaté de nombreuses enquêtes, la fraude fiscale est le cancer d’un développement durable et équilibré des pays du Sud et les paradis fiscaux constituent un des instruments qui permettent le pillage des ressources naturelles de ces pays.

Les députés écologistes interrogeront le Ministre de la Coopération au développement Paul Magnette sur ce dossier et demanderont l’audition au parlement des responsables de BIO en urgence en Commission des Affaires extérieures de la Chambre. Le gouvernement ne peut en aucun cas cautionner les pratiques de cette société et un audit de BIO semble aujourd’hui indispensable.

Pour Ecolo et Groen, un débat doit être mené pour aboutir à un cadre légal plus exigeant quant aux exigences éthiques et durables auxquelles devraient répondre les investissements réalisés directement et indirectement par l’Etat fédéral, que ce soit dans la coopération au développement ou en d’autres matières.

Partager : Partager sur Facebook Google

13:00 | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

bravo pour toutes ces initiatives!

Écrit par : ici | 03/05/2013

Écrire un commentaire